Passion musique. Souvenirs d’un blog musical

Voilà quelques années j’avais un blog qui parlait uniquement de musique. C’était la grande époque de MySpace, des lecteurs mp3 (ipod, etc.), téléchargements en peer to peer sur bittorrent d’albums entiers ou sur des plateformes qui proposaient des petits lecteurs de playlists bien agréables à intégrer sur son blog. C’était un peu avant que Deezer existe.

C’était une époque où on écoutait la musique sur YouTube avec des clips qui crachaient des pixels. On pouvait récupérer un fichier mp3 audio de très mauvaise qualité, via la vidéo YouTube. On s’échangeait des CD gravés avec les copines, des compilations de musiques Disney, de Michael Jackson, de Tryo, de Mika, de Mathieu Chedid, de variétés françaises diverses et de musiques de films, d’Avril Lavigne ou d’autres groupes de pop rock.

J’avais un ipod argent gravé avec le titre de mon blog Eat&Drink Music. Sur ce blog, j’analysais des albums, je crois que j’écrivais en anglais et je ne sais plus trop bien pourquoi. Je postais mes actus musiques sur Facebook ou Twitter. Le blog a aujourd’hui disparu mais je me souviens encore du moment où j’ai pu intégrer mes premières playlists Deezer.

J’avais envie de reparler musiques. Mes goûts sont très éclectiques, même si j’ai toujours eu une préférence pour l’indie rock et l’indie pop, les musiques de film/du monde, le classique et le rap (plutôt US à l’époque…).

10 morceaux qui m’accompagnent partout.

Il y a des morceaux de musique que je remets dans chacune de mes playlists indépendamment de la plateforme sur laquelle je me trouve. Après être passée du lecteur mp3 à l’iPod puis au téléphone, Deezer à YouTube Music et enfin aujourd’hui Spotify, certaines chansons/musiques me font toujours autant vibrer. Si vous souhaitez me suivre sur Spotify, voici ma playlist principale : ici.

1) Thunder d’Imagine Dragons (2017) Album : Evolve [Spotify]

Ce morceau a un quelque-chose de particulier. Il a presqu’un côté tribal, avec un rythme centré sur les percussions et la répétition comme une incantation du mot « thunder« . Les voix « féminines » des refrains sont rendues quasi robotiques comme pour donner un ton futuriste au son (d’ailleurs le clip SF est parlant). Le groupe propose ici un titre d’électro-pop-rock convaincant et original aux sonorités caractéristiques des albums d’Imagine Dragons.

2) Madder Red de Yeasayer, Album: Odd Blood (2010) [Spotify]

Le groupe expérimental rock Yeasayer s’est formé en 2006 à Brooklyn. Leur musique est un mélange généreux d’instruments expérimentaux et de sons inspirés de la musique du monde, entre l’expression électro-pop, les voix métalliques, les clapotis d’eau, la voix masculine du leader et des intros particulières à chaque morceau. La chanson Madder Red possède l’une des ouvertures les plus cool que je connaisse avec les chœurs en voix de tête, la basse et la batterie parfaitement synchrones, on voit que c’est la musique qui importe plus que les paroles, par le soin apporté au nombre d’instruments et à l’arrangement proposés dans cette chanson. Le clip a été tourné avec l’actrice Kristen Bell.

3) Corps d’Yseult, Album : Noir (2019) [Spotify]

Honnêtement, Corps est l’une des plus belles chansons de ces dernières décennies. Parfaitement chantée et interprétée par Yseult, on en sent tout le corps, toute l’émotion et la sensibilité. Les paroles sont poétiques, profondément humaines et réalistes. Corps exprime un mal être sublimé par son aspect dépouillé : voix, piano. Le clip est lui-même une mise à nu de la chanteuse, tourné en une longue séquence et travelling autour du corps rond et noir d’Yseult, magnifique. Sans la voix de poitrine aux notes assez hautes de cette interprète hors pair, la chanson ne serait rien.

4) Undisclosed Desires de Muse, Album : The Resistance (2009) [Spotify]

Muse est un groupe de rock alternatif/progressif britannique des années 90/2000. Leur musique s’est beaucoup tournée vers ce que l’on appelle le space rock et l’électro rock. Dans Undisclosed Desires comme dans beaucoup d’autres de leur titre, on sent les problématiques et inspirations futuristes du space rock, voire même de l’opéra rock quelquefois proche des envolées baroques de Queen, entre autres. C’est l’instrumentation qui permet cela : un clavier électronique avec des touches de synthé intéressantes. Dans ce morceau, les guitares offrent un son équilibré face à la voix du leader et aux chœurs. C’est peut-être leur chanson la plus pop. C’est par ailleurs ce qui leur est reproché par tous les aficionados du style rock alternatif…

5) Running Up That Hill par Placebo, Album : Covers (2003) [Spotify]

Cette reprise de l’incroyable et mystique Kate Bush (1985), aujourd’hui remise au goût du jour par la série Stranger Things, est un morceau qui a parfaitement bien capturé l’esprit alternatif et gothique de la chanson d’origine. Là où Kate Bush proposait plutôt une promenade sur un chemin semé d’embûches, Placebo figure mieux la colline sombre à gravir, grâce aux voix gutturales et à l’instrumentation rock, et à un synthé plutôt discret, ainsi qu’à un beat proche des battements du coeur. La chanson est presque une expérience physique en soi : une plongée dans un espace clos, un son étouffé, métaphore d’une introspection, le vacillement de la voix du chanteur vers l’aveu d’un deal faustien avec dieu/le diable. Ce morceau a toujours été dans toutes mes playlists.

6) Creep de Radiohead, Album : Pablo Honey (1993) [Spotify]

Le groupe anglais de rock expérimental formé en 1985 autour de Thom Yorke a fait beaucoup couler d’encre à la sortie du titre. Le titre n’est d’ailleurs pas étranger à son succès mais à la vision étrange et monstrueuse que procure cette chanson. La musique est discrète, proche d’une balade plutôt que d’un morceau purement rock. Ce sont les paroles qui expriment le mieux la réalité des groupes alternatifs de cette époque années 80 en Angleterre (résurgence post-punk, inspiration Joy Division…). Sa reprise dans divers films et séries a permis à la chanson de s’imposer d’autant plus que Creep était un titre au succès mondial. Il s’agit encore une fois d’un rock introspectif, sensible et lancinant, avec une instrumentation sobre et la voix si singulière de Thom Yorke dans les années 80.

7) Arrival of the birds de The Cinematic Orchestra, album : Les ailes pourpres, le mystère des flamants roses (2008) [Spotify]

Cette musique pour un document produit et commandé par Disney est un très beau morceau entre musique de film métaphore de l’envol et figuration de la liberté des flamants roses. La musique induit une émotion pure proche de la catharsis à l’écoute de ce type de musique, très commune dans tous les films hollywoodiens. L’usage d’un instrument comme le clavier-piano, la corde d’une harpe (ou d’un instrument qui en est proche ?), les violons en fond et l’accord parfait entre les trois nous font voyager avec ces grands oiseaux.

8) Intro de The XX, Album : XX (2009), [Spotify]

Le groupe de rock indépendant britnnique The XX a pour habitude de créer des chansons (avec chant) proche d’un pop rock assez sage et plutôt minimaliste (piano guitare voix). C’est pourtant leur introduction instrumentale qui a plu au grand public. Reçu comme une petite pépite de l’indie pop Nouvelle génération, la musique a été utilisée lors de la campagne électorale anglaise de 2010 et pour des pubs ainsi que dans des séries et films. Le motif sonore a été réutilisé par Rihanna en 2011. Je ne peux jamais m’empêcher de penser que ce morceau est parfait.

9) Hi Life de Syd Matters, Album : Brother Ocean (2010) [Spotify]

Le groupe de folk Syd Matters est français ! Cocorico. Fondé en 2002, leur musique est douce et mélancoliques. La mélodie de Hi Life est agréable, on apprécie le refrain entêtant et le genre emprunté au dub sound (pour l’inspiration électro) et à l’indie pop pour le mélange assez expérimental entre voix, clavier et guitare discrète (pour le côté folk). Le genre de musique qu’on retrouverait dans un film à petit budget.

10) High Hopes de Pink Floyd, Album : The Division Bell (1994, remastered 2011) [Spotify]

J’ai longuement hésité pour la dernière chanson, entre du rap ou une chanson de David Bowie. J’ai finalement choisi High Hopes pour ce qu’elle représente pour moi. Cette chanson d’une durée de 8 min 31 et presqu’autant pour son clip, est un chef d’œuvre du groupe britannique de rock alternatif et progressif Pink Floyd, célèbre pour le solo de guitare de deux minutes par David Gilmour. Formé en 1965, il leur a fallu 29 ans avant de créer ce fabuleux morceaux aux allures cinématographiques. Par le son de cloche d’une église au début, on se figure un paysage de campagne, un portrait brutaliste de la modernité, le son de cloche étant aussi une forme de tocsin et de rappel du passé et du temps qui passe. La chanson est d’ailleurs écrite au passé. Si l’introduction est très minimaliste, le reste de la chanson s’empare d’un manteau légèrement plus noir et rock, avec cet aspect méditatif et planant que procure leur musique et la guitare gémissante de David Gilmour.

C’était Tassa, j’espère que cela vous a plu.

2 commentaires sur “Passion musique. Souvenirs d’un blog musical

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s